Votez pour le fo’ !
guerre des clans moon
Votez pour le forum !
Partenaires

créer un forum


Before I loved you in silence, but now I really love you ~ [Pv Nuage de Rive](TERMINÉ !)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Before I loved you in silence, but now I really love you ~ [Pv Nuage de Rive](TERMINÉ !)

Message par Nuage d'Ebène le Dim 9 Mar - 12:53

With Nuage de Rive
Before I loved you in silence, but now I really love you ~




Nuage de Rive. Chaque jour que je me réveillais dans la tanière des apprentis, je la voyais, endormie. Chaque jour que je sortais donner leur part aux anciens, je la voyais, m’accompagnant. Chaque jour que j’allais chasser, je la voyais, qui chassait avec moi. Chaque jour que j‘allais patrouiller, je la voyais, en ma compagnie. Chaque jour, je la voyais, mais chaque fois, je ne lui parlais pas. Elle était si belle, et, chaque fois qu’elle était avec moi, je me sentais bizarre. Je rougissais comme une tomate. Il semblait que nous parlions par pensée, que nous n’avions pas besoin de nous parler. Personnellement, je suis d’une timidité maladive. Je n’osais pas lui adresser la parole, je n’osais pas même lui dire un seul mot. Je l’admirais en silence, comme une œuvre d’art. Pourtant, je savais que j’éprouvais quelque chose pour elle, pas de l’amitié, mais de l’amour. Mais je n’osais pas le lui dire.

Mais ça, c’était avant. Je me réveillai dans la tanière des apprentis, comme à l’accoutumée. Pourtant, cette fois-ci, lorsque je vis Nuage de Rive, je décidai de vaincre ma timidité. D’aller de l’avant. Allez, vas-y, je sais que tu peux le faire, m’encourageai-je par pensée.

Je me levai de ma couche de fougères et de mousse, l’air le plus digne possible. Je m’avançai vers l’élue de mon cœur, lentement mais sûrement. Ma timidité faillit me faire reculer mais je tins bon, je la vainquis. Je m’approchai de la chatte gris-bleu, la tête haute. Je bafouillai d’une voix minuscule et peu sûre de moi :

« T-tu es Nuage de Rive, p-pas vrai ? Puis d’une voix légèrement plus assurée, je continuai : Tu es très jolie, tu sais. »

J’avais un peu peur de passer pour un gros chat bizarre et flippant, meuh bon, l’amour donne des ailes, non ?



Codes par Wild Hunger.


Dernière édition par Nuage d'Ebène le Sam 29 Mar - 11:14, édité 1 fois

_________________
Encrier - Boule d'Ébène - Nuage d'Ébène - Pierre d'Ébène




je fais bien parti du Clan de l'Ombre Wink:


Bannière #2:
avatar
Nuage d'Ebène
Il ne faut pas se fier aux apparences.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Before I loved you in silence, but now I really love you ~ [Pv Nuage de Rive](TERMINÉ !)

Message par Nuage de Rive le Lun 10 Mar - 3:25

Déjà quelques heures que les rayons du soleil réchauffaient tranquillement le doux pelage de Nuage de Rive, encore assoupie. Cela n'était pas dans les habitudes de l'apprentie de dormir aussi longtemps. La novice était plongée dans un rêve, qui ressemblait parfois à un cauchemar. Comme si elle était dans deux rêves différents au même instant. Quelque fois elle traquait une souris et une autre fois elle se faisait poursuivre par un blaireau enragé. Plus elle se rapprochait du rongeur, plus les dent de la bête se rapprochaient de la peau de Nuage de Rive. Puis, le blaireau enfonça ses crocs dans le flanc de l'apprentie, qui pendant un instant, eu une brève sensation qu'elle tombait dans le vide pour ne plus jamais remonter à la surface.

La jeune chatte ouvrit les yeux tranquillement, en essayant de reprendre conscience que tout cela n'était qu'un rêve. Elle poussa un long soupire et reposa sa tête au sol en espérant pouvoir reprendre sommeil. La novice laissa sortir un grognement d'insatisfaction et sortie de la tanière des apprentis. Lorsqu'elle avait franchit le pas de l'entrée de la tanière, Nuage de Rive vit approcher tranquillement Nuage d'Ebène. Depuis qu'ils étaient chatons, les deux novices ne c'étaient jamais adressé la parole. Pourtant, ce matou l'attirait pour aucune raison particulière. Il était mystérieux et paraissait quelque fois méchant ou orgueilleux. Mais l'apprentie savait qu'il ne l'était pas.

« T-tu es Nuage de Rive, p-pas vrai ? Bégaya le matou. Puis il continua d'une voix assurée. Tu es très jolie, tu sais. »

Nuage de Rive en resta quelques instants sans voix et se ressaisit quelques secondes après.

« Oui, je suis Nuage de Rive. Répondit la novice d'un ton joyeux comme à son habitude. Et merci pour le compliment. »

D'un pas hésitant, Nuage de Rive s'engagea dans le chemin qui menait à la sortie du camp, puis tourna la tête vers son camarade.

« Ça te dit une partie de chasse en ma compagnie ? Demanda la chatte en ronronnant. »

Revenir en haut Aller en bas

Re: Before I loved you in silence, but now I really love you ~ [Pv Nuage de Rive](TERMINÉ !)

Message par Nuage d'Ebène le Ven 14 Mar - 16:50

With Nuage de Rive
So, all this time, this feeling I felt for you, was love ?




La jeune chatte prit quelques instants pour me répondre, et je pris peur : et si elle voulait m’ignorer ? Et si, tout ce temps, elle ne ressentait rien pour moi, pas même de l’amitié, mais seulement du mépris ? Et si je n’aurai même pas dû lui parler, car j’étais voué à un autre destin ? Et si je ne méritais même pas d’être du même clan qu’elle ? Tant de questions qui m’assaillaient, et auxquelles je ne pouvais pas répondre, pas avant qu’elle ait répondu à la mienne. Les secondes passaient, même si elles ressemblaient plus à des heures qu’autre chose. Je me mordis la langue plusieurs fois, tant je serrais les crocs, stressé. Lorsqu’elle me répondit enfin – ce n’était pas trop tôt –, j’avais la langue ensanglantée ; je m’étais mordu jusqu’au sang. J’avais tellement peur qu’elle m’envoie bouler ! Mais heureusement, elle fut agréable et enjouée :

« Oui, je suis Nuage de Rive. Et merci pour le compliment. »

Je ne savais pas quoi répondre, ma peau rougissait sous mon épaisse fourrure. J’étais vraiment soulagé, tout de même. Elle avait été très amicale, j’aurai aimé en faire autant. Mais j’étais tellement angoissé à l’idée qu’elle me jette que ce que je disais ressemblait plus à un questionnaire d’interrogatoire qu’à une demande d’amitié (voire d’amour !). Pourtant, il fallait que je sois plus décontracté si je voulais lui déclarer ma flamme. Mais je ne savais absolument pas si elle éprouvait quoi que ce soit pour moi, ne serait-ce que de l’amitié, ou si elle était indifférente à mon égard. J’espérai le savoir bientôt.

Je la vis traverser cahin-caha la clairière du camp, passer à côté des anciens et aller vers le tunnel de ronces marquant la sortie du camp. Je la suivis d’un pas légèrement chancelant, saluant les anciens d’un signe de la queue au passage. Elle s’arrêta brusquement, se tourna vers moi et me proposa :

« Ça te dit une partie de chasse en ma compagnie ?
- Ahem... Euh... Avec plaisir ! », dis-je avec un joli sourire.

Ensemble, nous traversâmes le grand labyrinthe de buissons entourant en permanence le camp. Nuage de Rive sauta directement dans le marécage, et elle fut tout de suite suivie par moi. Nous courûmes joyeusement jusqu’à la prairie, où nous nous stoppâmes brusquement. Nous aurions fait fuir toutes les proies si nous avions continué à gambader, ce qui n’était pas préférable. Non, nous préférions attraper un minimum de gibier afin de rehausser le tas de viande. Je repérai rapidement un lézard, tandis que ma compagne semblait avoir remarqué une autre odeur de proie.

La mienne, je la suivis le plus silencieusement possible. J’observai Nuage de Rive un instant, mais elle était cachée par les quelques arbres qui bordaient la plaine. Enfin, c’est du moins ce que je supposai puisque je ne la voyais pas dans l’herbe. De toute façon, si elle était découverte comme ça, la plupart des animaux mangeables la verraient et se cacheraient sûrement.

Donc, je m’approchai du lézard à pas feutrés. Je ne fis aucun bruit ; ma proie ne se douta de rien. Lorsque je me ramassai sur moi-même, prêt à bondir, l’animal ne m’avait toujours pas repéré. Vous savez, les lézards courent très vite. Si l’un d’eux vous remarque en pleine chasse, il détalera avant même que vous puissiez dire « miaou ». Aussi, c’est l’une des proies avec lesquelles il faut être silencieux, et qu’un Clan comme celui de la Rivière n’arriverait sans doute pas à attraper. Vous me direz, bla bla bla, préjugés, les autres clans ne sont pas forcément moins doués, bla bla bla, mais c’est vrai qu’il faut être habitué pour chasser les lézards. Moi même, la première fois, je l’avais fait détaler comme un lièvre.

Bref, je m’avançai encore légèrement, mais pas assez pour qu’il sente mon souffle régulier sur ses écailles, ou encore mon odeur. Et, très soudainement, sans qu’il ne puisse le prévoir, je lui sautai dessus, gueule ouverte, griffes sorties. Je lui lacérai d’abord le dos, puis, avant même qu’il n’ait le temps de hurler, je le mordis à la nuque et lui pris directement la vie.

Je le pris avec les crocs juste après avoir remercié le Clan des Étoiles pour ce gibier si abondant. Mais cette coutume, je n'y croyais pas vraiment. Je pensais que c'était l’œuvre des animaux, que c'était eux qui choisissaient s'ils désiraient donner la vie à un petit. Je préférais penser cela, parce que je ne trouvais pas que c'était juste. Que le Clan des Étoiles ait le droit de vie ou de mort, que c'était eux qui choisissaient qui naissait dans la forêt, les marécages, la lande ou encore la plage de la rivière. Je ne trouvais pas ça normal parce que ce Clan des Étoiles n'était pas supérieur à nous, puisque nous l'aurons rejoint quelques lunes plus tard, lorsque nous mourrons, et que nous aurons leurs mêmes pouvoirs.

Mais bon, je ne pouvais pas cracher sur le Clan des Étoiles, puisqu’ils étaient quand même capables d’indiquer le futur aux chefs ou aux guérisseurs.

Je retournai dans la prairie qui était bordée par les arbres où j’avais chassé le lézard. Là, je creusai un trou avec mes pattes avant, y déposai mon lézard et le recouvris de terre.

J’allais retourner dans les arbres à la recherche d'une nouvelle proie lorsque j’entendis un grognement incroyable. C’était le cri d’un monstre Bipède, semblait-il. Nous étions proche du charnier, une propriété des Bipèdes, alors il était normal qu’ils viennent par ici, sûrement pour faire quelque chose au charnier.
Enfin moi, je n’en sais strictement rien, hein, je suis pas Bipède et puis ils ont tellement des coutumes étranges...

Aussi, j’entrouvris faiblement la gueule, tendis l’oreille et plissai mes yeux. Je cherchais Nuage de Rive. Lorsque je retrouvai sa trace, je pénétrai à nouveau dans la forêt en bordure et courus en direction de ma coéquipière. Je faillis la bousculer au passage, affolé que j’étais, à pleine vitesse. Heureusement, j’eus le temps de freiner et je me stoppai net. Je la prévins bruyamment (en fait, je lui ai hurlé dans les oreilles) :

« Tu as entendu ? Des Bipèdes ! Il faut partir maintenant, avant qu’ils viennent dans notre directiaaaaah ! »

Ce dernier cri avait été causé par l’arrivée d’un monstre dans la clairière, au sommet duquel étaient nichés des Bipèdes. Il fallait partir, et vite !



Codes par Wild Hunger.

_________________
Encrier - Boule d'Ébène - Nuage d'Ébène - Pierre d'Ébène




je fais bien parti du Clan de l'Ombre Wink:


Bannière #2:
avatar
Nuage d'Ebène
Il ne faut pas se fier aux apparences.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Before I loved you in silence, but now I really love you ~ [Pv Nuage de Rive](TERMINÉ !)

Message par Nuage de Rive le Sam 15 Mar - 5:50



I think I love you...

With Nuage d'Ebène


Pendant un instant, j'eus peur de sa réponse. Nous venions à peine d'échanger quelques mots et déjà je l'invitais à chasser, en ma compagnie. Mais que voulez-vous ? Ce chat m'attirait pour aucune raison particulière. Je voulais le connaitre. J'avais bien vue, par sa façon d'arriver vers moi, qu'il s'était donné un mal de fou pour venir me parler. Je voyais qu'il était gêné, par son regard et son trépignement d'une patte à l'autre. Il me faisait bien rire, je ne pus m'empêcher de ronronner de plaisir à le voir. Le matou décida enfin de me répondre, encore une fois en bégayant, mais accompagner d'un magnifique sourire.

« Ahem... Euh... Avec plaisir ! »

C'est donc avec Nuage d'Ebène sur mes talons, que je sortis du camp en contournant les nombreux buissons d'orties qui protégeaient l'accès du camp. Je me sentais bien à ses côtés, sa fourrure frôlant la mienne. J'aurais aimée que cette instant dure des heures, voir des jours. Mais quel était cet étrange sentiment qui parcourait mon corps en un frisson de bonheur ? À peine quelques instants passés en sa compagnie et je me sentait revivre. Je lui jeta furtivement un simple regard pour enfin me détourner et rougir sous mon pelage sombre. Il était tellement mignon, sa fourrure volant au vent... Je secouai la tête et chassa toute pensée de ce genre mon esprit. J'avais tellement été absorbée dans mes pensées que j'en avais oublier la chasse. J'accélérai donc la cadence de mes pattes, contournant tranquillement les marécages qui pouvaient m'engloutir si je faisais un pas de travers.

Après avoir traversés toutes les marres d'eaux, nous nous mîmes à courir joyeusement jusqu'à la prairie, pour nous arrêter sèchement arriver dans celle-ci. Le bruit de nos pattes, s'enfonçant dans la terre dans un bruit étrange, aurait fait fuir toute trace de gibiers. Je humai tranquillement les douces odeurs du matin et senti une forte odeur de souris. Je m'accroupis au sol et avança à pas feutrés vers celle-ci. Je la repéra facilement, elle était en train de manger je ne sais quoi, sous quelques fougères, la protégeant du soleil. Je tourna la tête en direction d'où moi et Nuage d'Ebène nous nous tenions avant de partir chacun de notre côté, il n'était plus là. Je reportai mon attention sur la souris, qui ne m'avais aucunement remarquée. Je fis donc quelques pas en avant en m'apercevant que ma queue était dans les airs. Je la reposai tranquillement au sol, en prenant soin de ne pas balayer l'air avec celle-ci. Mon regard croisa le sien pendant un instant, et avant même qu'elle puisse réagir, je mis tout mon poids sur mon arrière=train et me propulsa dans les airs, toutes griffes sorties, pour atterrir agilement sur ma proie. Je lui mordit férocement la nuque en enfonçant mes griffes, immaculées de terre, dans son ventre.

Après avoir passé quelques secondes à remercier le Clan des Étoiles pour cette magnifique proie, qui a faillit m'échapper, je l'enterrai près d'un arbre à l'aide de mes pattes avants. Je fixai la prairie et vit Nuage d'Ébène sortir en trombe des fougères, me bousculant presque à son arriver, et me cria une phrase, presque incompréhensible dut à sa panique.

« Tu as entendu ? Des Bipèdes ! Il faut partir maintenant, avant qu’ils viennent dans notre directiaaaaah ! »

Il n'avait même pas eu le temps de finir sa phrase, quand je m'aperçue qu'un monstre accompagnée de quelques bipédes étaient jonchés sur une colline. Je ne me fis pas prier longtemps pour prendre les pattes à mon cou !  Je pénétrai dans les touffes d'herbes de la prairie, en direction opposé du monstre. Mon cœur battait la chamade dut à la peur de mettre retrouver devant un monstre et de ses deux humains. Je n'avais même pas prit le temps de savoir si Nuage d'Ébène me suivait. Je tourna rapidement la tête et le vit me suivre, les yeux remplient d'effrois. Les poils de l'échine dressés dans les airs, je sautai et contournai les obstacles en travers de mon chemin. Je n'avais jamais vue de monstres de toute ma vie, pas même des bipèdes. Je pouvais maintenant comprendre les guerriers qui disaient à quel point ces bêtes étaient terrifiantes.

J'arriva directement dans un endroit du territoire que je n'appréciais point, le cimetière des arbres. Cet endroit me fichait la trouille depuis que je m'y était aventurer, quand je n'étais qu'un simple chaton en soif d'aventures. Je m'arrêtai quelques instants, voir si le monstre et ses deux amis les humains, m'avaient suivis. Aucune trace des poursuivants. Je m'écroulai au sol, les pattes tremblantes de fatigue. Je posai la tête au sol et poussa un long soupire de soulagement avant de la relever rapidement, cherchant des yeux mon compagnon, Nuage d'Ebène n'était plus à mes côtés. Je me relevai d'un bond et miaula son nom à plein poumon. Aucune réponse. Je pris panique et rebroussa chemin en continuant de crier son nom.

« Nuage d'Ébène, où es-tu ? Je t'en supplie répond moi ! »






Revenir en haut Aller en bas

Re: Before I loved you in silence, but now I really love you ~ [Pv Nuage de Rive](TERMINÉ !)

Message par Nuage d'Ebène le Sam 15 Mar - 18:30

With Nuage de Rive
This is love, ladies and gentlemen !




Juste après que je l’ai prévenue, Nuage de Rive détala. Elle courut le plus vite qu’elle semblait pouvoir et je la suivis facilement, la rapidité étant l’une de mes principales qualités au combat. Nos halètements irréguliers brisaient le silence de la forêt. Je me rapprochais de plus en plus d’elle, elle sentait sûrement mon souffle chaud sur son pelage. Je la rattrapai et nous courions désormais côte-à-côte, le sentiment inconnu que je ressentais pour elle était de plus en plus fort. Je regardai derrière moi, soucieux de savoir si nous étions suivis, mais heureusement, nous ne l’étions plus. Cependant, lorsque je me retournai à nouveau, Nuage de Rive n’était plus là. Je chuchotai à voix basse :

« Nuage de Rive ? »

Je n’entendis rien de plus que le bourdonnement lointain du monstre. Je prononçai à nouveau son nom, plus fort cette fois. Toujours pas de réponse. Je criai désormais son nom à pleins poumons, tout en humant l’air, la gueule entrouverte. Je sentais son odeur très fortement, et décidai de la suivre. Mais ma panique était d’autant plus forte que je ne savais pas vraiment où j’étais. L’adrénaline de notre course folle m’avait fait me diriger n’importe où. Bien sûr, je reconnaissais tout si je savais quel chemin j’avais pris, or là, je m’étais dirigé n’importe où, à l’instinct, et la forêt se ressemblait fortement. Je n’avais plus de repère, je ne pensais qu’à retrouver mon aimée. Je baissai la tête, sentant l’odeur de Nuage de Rive sur la terre humide de la saison des feuilles nouvelles qui venait à grands pas.

Je suivais sa trace en courant. J’aperçus, à l’horizon, le cimetière des arbres. C’était comme une forêt, mais les arbres n’étaient que morts, en n’importe quelle saison. C’était aussi différent par les habitants : il n’y avait rien de mangeable là-dedans : rien que des corbeaux, des insectes, des têtards, des crapauds malades, etc. C’était un endroit qu’aucun guerrier ne chérissait, et les anciens avaient tendance à raconter des histoires étranges sur cet endroit, qui effrayaient les chatons et inquiétaient les apprentis ou les guerriers.

Certains disaient que cet endroit était hanté pas l’âme d’un défunt n’ayant pas pu rejoindre le Clan des Étoiles à cause de ses méfaits. Ces histoires-là étaient à dormir debout et étaient surtout inventées pour faire peur aux petits ; je n’y croyais pas trop.

Mais d’autres narraient que cet endroit était la demeure d’un chien haut comme un Bipède et long comme quatre chats à la queue-leu-leu. La présence de ce molosse n’avait jamais été prouvée, mais personne ne pouvait être sûr de son absence. À cause de cela, aucun guerrier, aucun apprenti ne venait ici par bonheur, et tous évitaient cet endroit.

Je continuais de humer l’air lorsque j’entendis la fin d’un cri :

« ... bène, où es-tu ? Je t'en supplie réponds moi ! »

C’était la voix de Nuage de Rive. Je m’empressai de lui répondre car je ne supportais pas qu’elle s’inquiétât pour moi :

« Je suis là Nuage de Rive ! Devant le grand arbre avec un nid de... faucon ? »

Oh mon dieu. Ah, ça, on le savait, à quel point j’étais terrorisé par les faucons. Depuis que l’un d’entre eux avait attaqué Patte de Laine, un chaton, ces grands oiseaux me faisaient une peur bleue. Aussi, lorsque j’entendis un bref battement d’aile à l’intérieur de l’arbre et que je sentis une puanteur de faucon à écorcher le museau, on n’eut pas besoin de me prier pour que je détale comme un lapin qu’un tigre aurait pris en chasse.

« N-nuage de Rive ? Où es-tu ? Il faut qu’on parte d’ici, et vite ! »

Sentant la pierre froide sous mes coussinets, je courais à perdre haleine. Je me retournai, et j’entendis les ailes du faucon qui fendaient l’air. Je vis que le charognard m’ayant pris en chasse était juste derrière moi. Il pouvait sans aucun doute attraper un chaton comme moi, et je n’étais pas assez lourd pour qu’il ne puisse pas me porter.

« Au secours ! », criai-je. Je sentais l’haleine fétide du faucon sur mon dos, et la bête prenait du terrain.

L’animal à plumes allait m’attraper d’un instant à l’autre. Ma course désespérée ne servirait-elle donc à rien ?

J’allais abandonner et me jeter dans les serres de mon assaillant, vaincu, fatigué, essoufflé après la première course effrénée que j’avais menée tout à l’heure, lorsque j’aperçus la silhouette d’un autre félin, griffes sorties. Je me rapprochai encore un peu, je reconnus Nuage de Rive, puis je m’évanouis, trop fatigué pour continuer. Les dernières images que mes yeux me transmirent furent celles du faucon piquant sur moi et celle de Nuage de Rive se jetant sur le dangereux prédateur. Je n’avais pas pu continuer ensuite. Je m’étais écroulé.


Codes par Wild Hunger.

_________________
Encrier - Boule d'Ébène - Nuage d'Ébène - Pierre d'Ébène




je fais bien parti du Clan de l'Ombre Wink:


Bannière #2:
avatar
Nuage d'Ebène
Il ne faut pas se fier aux apparences.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Before I loved you in silence, but now I really love you ~ [Pv Nuage de Rive](TERMINÉ !)

Message par Nuage de Rive le Dim 16 Mar - 1:16



Parce que je t'aime...

With Nuage d'Ebène


Toutes ces secondes passées à chercher Nuage d'Ébène paraissaient durer des siècles. Où pouvait-t 'il être ? Et si le monstre l'avait attraper pendant que j'avais le dos tourné ? Non. Je ne pouvais croire cela. Je continuai de le chercher, criant son nom à plein poumon. Les branches des arbres me fouettaient et m'égratignaient le pelage sans aucune retenue. Mes coussinets étaient en feu, les roches pointues et les branches munies de piquants, me les lacéraient à chaque pas. Ma respiration était encore haletante, ce qui m'empêchait de me concentrer sur l'odeur de Nuage d'Ébène. Je me retournai vivement quand j'entendis le cri de mon compagnon.

« Je suis là Nuage de Rive ! Devant le grand arbre avec un nid de... »

Je n'avais pas entendu la fin de sa phrase, j'étais déjà en train de suivre le son de sa voix. Une poussée d'adrénaline donna la force à mes pattes de courir. J'étais soulagée. Soulagée de savoir que Nuage d'Ébène était sain et sauve. Toutes mes craintes s'étaient envolées, jusqu'à ce que je m'arrête sèchement, tremblante de peur.

« N-nuage de Rive ? Où es-tu ? Il faut qu’on parte d’ici, et vite ! »

Les bipèdes étaient-t 'ils à la poursuite de Nuage d'Ébène ? Un cri perçant, qui me rabaissa les oreilles sur le crâne, me prouva le contraire. Le cri d'un faucon. Les poils de mon échine se dressèrent quand je compris à quoi j'avais affaire. Il y a quelques lunes, un chaton du clan s'était fait attaquer par ce rapace. Alors une petite apprentie, courte sur pattes, avec que quelques expériences de combat, pouvait facilement se retrouvée dans les serres d'un faucon.

« Au secours ! »

Un cris perçant me réveilla de mes pensées. J'entendis des battements d'ailes un peu plus loin, ce qui m'indiqua que le faucon était à la poursuite de mon compagnon. Sans savoir ce que je faisais, ni pourquoi, je couru en direction de ceux-ci. Je ne laisserai pas ce sale rapace emporter Nuage d'Ébène !

Je sautai par dessus une touffe d'herbe et le spectacle qui s'offrait à moi, me glaça le sang. Nuage d'Ébène était au sol et ne bougeait plus. Je vis le rapace s'approcher de mon compagnon à une vitesse fulgurante. Je poussai un feulement de rage, sortis les griffes, et bondit agilement droit sur le faucon. Je me hissa droit sur son dos, le plaqua au sol en lui mordant férocement la nuque. Arrivé au sol, ce fut une autre histoire. Pendant que j'essayais de le maintenir pour l'achever, il me lacérait le ventre et les pattes avec ses serres tranchants. Je reculai d'un bond, plus capable de supporter la douleur. Le rapace me fixa une seconde, ouvrit ses ailes et retourna dans son arbre. Je l'avais vaincu.

Ma respiration était forte, mes membres tremblaient et mon corps étaient parcourus de frissons de douleur. Je pivotai et m'écroulai durement au sol, au côté de Nuage d'Ébène. J'entrepris de faire un bilan de sa santé, son faible souffle m'ébouriffait la fourrure, il allait bien et n'avait aucune blessures. Je poussai un soupire de soulagement et licha mes blessures aux pattes. Elles étaient profonde, mais n'étaient pas en hémorragie. Je regardai Nuage d'Ébène et prit peur à l'idée que peut-être, il ne rouvrirait jamais les yeux. Je lui donna quelques coups de museau sur le flanc, rien. Je commençai à prendre panique et je lui donna de fort coup de pattes dans les côtes. Le résultat fut le même. Aucun signe de vie de sa part, sauf son souffle qui ralentissait à chaque minutes. Je fourrai mon museau dans son cou en poussant un faible gémissement de tristesse.

« Nuage d'Ébène ? Je t'en supplie, réveille toi ! Tu ne peux pas me laisser tomber, j'ai besoin de toi parce que... »

Mes mots s'étranglèrent dans ma gorge et mes yeux se remplirent de larmes. Pourquoi j'avais besoin de lui ? Je ne le connaissait à peine. Mais un fort sentiment me fit sortir ces quelques mots, avec une teinte de détresse dans la voix.

« Parce que je t'aime. »







Dernière édition par Nuage de Rive le Dim 16 Mar - 19:28, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Before I loved you in silence, but now I really love you ~ [Pv Nuage de Rive](TERMINÉ !)

Message par Nuage d'Ebène le Dim 16 Mar - 11:32

With Nuage de Rive
I can't die, you don't forgive me.




La force me manquait. Je ne pouvais plus me relever, je n’en avais pas l’énergie. Je me laissais mourir, le Clan des Étoiles emportait peu à peu mon âme vers son territoire. Je ne luttais même plus, je savais que c’était en vain, que je ne pourrais pas regagner le camp, que j’étais de toute façon destiné à périr ici et ainsi. Le Clan des Étoiles l’avait décidé, je ne pouvais contester les décisions de mes ancêtres. Pourtant je n’étais pas encore assez loin pour ne pas entendre ce qui se passait alentour. Mes oreilles agitées de soubresauts me transmirent les cris de détresse de celle que j’aimais, Nuage de Rive :

« Nuage d'Ébène ? Je t'en supplie, réveille toi ! Tu ne peux pas me laisser tomber, j'ai besoin de toi parce que... Parce que je t'aime. »

Ces paroles me ramenèrent à la raison. Je ne pouvais pas lui faire ça, à elle autant qu’à Sombre Flèche, Lumière Obscure, Nuage de Vent, Nuage de Grêle, Étoile Abyssale, Poil de Guépard, Patte Brune, bref, tous les chats du Clan de l’Ombre. Je ne pouvais pas les abandonner sans me battre. Chacune de leurs images défilèrent dans ma tête, leur visage atterré, leurs cris de détresse, ils me suppliaient de rester, de ne pas les abandonner, et je compris. Je ne pouvais tout simplement pas les laisser tomber. Pour eux, pour le Clan de l’Ombre, je devais me relever, je devais me battre contre la Mort.

Je luttais désespérément, le visage déformé par la douleur. Je me répétais les derniers mots de Nuage de Rive ; « Parce que je t’aime », pour me donner du courage. Et je pus finalement lâcher ces mots :

« Je... t’aime... aussi... »

Je me relevai lentement et difficilement. Mes mouvements étaient presque imperceptibles tant ils étaient lents, et cela contrastait avec mon habituelle rapidité. Enfin, je fus sur pattes, je vacillai, puis j’avançai en boitillant.

« Il... il faut partir... maintenant. On... on ne peut pas se confronter... à... d’autres dangers... »

Je m’écroulai à moitié, puis je me relevai. Non, Nuage d’Ébène, sois fort, c’est le moins que tu puisses faire.

Enfin, j’aperçus le marécage derrière le cimetière. Une idée germa soudain dans ma tête et je décidai d’en discuter avec Nuage de Rive sur le chemin du retour :

« Mais... il est trop tôt pour montrer que nous nous aimons ! Comment allons-nous faire ? »

Je n’y avais pas pensé avant, mais il fallait y réfléchir.



Codes par Wild Hunger.

_________________
Encrier - Boule d'Ébène - Nuage d'Ébène - Pierre d'Ébène




je fais bien parti du Clan de l'Ombre Wink:


Bannière #2:
avatar
Nuage d'Ebène
Il ne faut pas se fier aux apparences.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Before I loved you in silence, but now I really love you ~ [Pv Nuage de Rive](TERMINÉ !)

Message par Nuage de Rive le Dim 16 Mar - 20:15



La peur d'aimer

With Nuage d'Ebène



« Je... t’aime... aussi... »

Je relevai la tête d'un coup, quand j'entendis mon compagnon prononcer ces quelques mots. Il m'aimait. L'eau qui remplissait mes yeux il y a peine quelques secondes s'étaient déjà évaporé pour laisser place à un magnifique sourire. Je vis que Nuage d'Ébène luttait pour se relever, donc je me tassai tranquillement pour lui faire de la place. J'étais encore couchée sur le flanc, quand lui commençait déjà à avancer pour retourner au camp.

« Il... il faut partir... maintenant. On... on ne peut pas se confronter... à... d’autres dangers... »

Il avait raison. Mais mon état physique allait-t' il compliquer le retour au camp ? Je me relevai tranquillement, en essayant de mettre le moins de poids que possible sur ma patte avant droite, la blessure était profonde. Chaque pas devant, me faisait grimacer de douleur. Je n'avais jamais été autant blesser de toute ma vie, ceci avait aussi été mon premier combat. J'essayai d'accélérer un peu, question de pouvoir marcher aux côtés de Nuage d'Ébène. Rien à faire. J'empirais l'état de mes pattes. J'avais bien vue que mon compagnon était dans la même situation que la mienne. Je m'arrêtai quelques instants, et repartit à la suite du matou, le visage déformer par la douleur.

Nous arrivâmes enfin devant les marécages. Une lueur de soulagement brillait dans mes pupilles à force de contourner les étendus d'eau. Nous avions échanger aucune paroles, jusqu'à ce que Nuage d'Ébène décide de briser le silence.

« Mais... il est trop tôt pour montrer que nous nous aimons ! Comment allons-nous faire ? »

Je m'arrêtai brusquement, haletante. Comment allions-nous cacher notre amour au reste du Clan ? Ils se douteraient de quelques choses si nous resterions toujours ensemble à gambader dans la prairie, donnant comme excuse que nous allons chasser ! Je pris une grande inspiration avant de dire ma réponse.

« Nous pourrions sortir le soir ? Je ne voudrais pas attendre d'être guerrière pour pouvoir te voir plus souvent. »

J'avançai tranquillement et me mit à sa hauteur, en le regardant droit dans les yeux. J'avais peur de ce qu'il allait répondre...



Revenir en haut Aller en bas

Re: Before I loved you in silence, but now I really love you ~ [Pv Nuage de Rive](TERMINÉ !)

Message par Nuage d'Ebène le Mer 19 Mar - 15:12

With Nuage de Rive
I want see you in the darkness...




AAprès ma remarque, Nuage de Rive s’arrêta brusquement. Afin de rester à sa hauteur, je me stoppai aussi. J’attendais impatiemment ma réponse, qui tardait beaucoup. Elle ne trouvait quand même pas cette question inutile parce qu’elle comptait le crier à tous les chats du Clan, non ? C’aurait été une mauvaise idée. Il y avait plus compréhensif que notre chef, Étoile Abyssale. Si nous lui annoncions une pareille nouvelle, il risquerait de nous détester, ou, dans le pire des cas, de peut-être nous bannir du Clan. De pareilles possibilités m’envahirent l’esprit. Je fus soudain pris d’une peur affreuse, à l’idée de perdre celle que je chérissais tant.

De toute façon, même le plus idiot de tous les chats de la planète n’aurait pas fait quelque chose de si stupide. Deux chats trop jeunes ne pouvaient pas montrer qu’ils s’aimaient, c’était la règle – règle que je ne trouvais d’ailleurs pas très juste mais que je m’efforçais de respecter. Le Code du Guerrier était quelque chose auquel j’accordais beaucoup d’importance. Les petits ou les autres apprentis qui le méprisaient, je tâchais de les réprimander aussitôt. Cela faisait de moi quelqu’un de peu apprécié car les autres chats du Clan considéraient que je n’avais pas à m’en mêler, mais je pensais être aussi concerné : leur orgueil risquait de me retomber dessus ensuite. Le pire était que certains étaient baptisés avant de comprendre ceci et je me disais que moi-même, qui n’en étais qu’à la moitié de mon apprentissage, méritait plus cet honneur que les heureux élus.

Mon baptême, je l’attendais avec impatience, mais je savais que je ne serais pas baptisé avant deux lunes. Pire, je craignais qu’à cause de ma naissance en tant que chat errant, je serai obligé d’attendre plus longtemps que les autres. Pourtant, certains l’avaient même oublié – Nuage de Grêle et Sombre Flèche, par exemple – et ne refuseraient pas que j’aie les mêmes privilèges que ceux qui sont nés dans le Clan.

C’était pour ça qu’il ne valait mieux pas annoncer ceci à Étoile Abyssale. Je n’appréciais pas de lui cacher des choses, c’était pour le bien de Nuage de Rive et de moi au sein de la tribu que je ne comptais pas avoir notre amour à mon chef avant mon baptême. Vivre dans le mensonge me gênait assez, mais je savais que je n’avais pas d’autre choix. J’étais persuadé que Nuage de Rive allait partager mon avis, de toute façon c’était la chose la plus intelligente à faire. Perdu dans le fil de mes pensées, la réponse de Nuage de Rive me réveilla de ma « torpeur » :

« Nous pourrions sortir le soir ? Je ne voudrais pas attendre d'être guerrière pour pouvoir te voir plus souvent. »

J’approuvais on ne peut plus sa décision. Je ruminais ce qu’elle m’avait dit, cherchant un endroit un endroit qui conviendrait à un rendez-vous galant en douce.

Je repensai à nos aventures antérieures, et le lieu du Cimetière des Arbres me revint aussitôt. Ensuite, la révélation se fit : l’endroit inquiétant serait parfait pour nos petits secrets.

« Oui, je suis d’accord avec toi. Et si nous nous voyions au Cimetière des Arbres ? Personne n’y vient jamais, et la nuit, cela serait encore mieux. »

J’imaginais déjà Nuage de Rive et moi nous voir à l’étrange et sombre bout du territoire du Clan de l’Ombre. Elle et moi, nous touchant le museau comme deux amoureux – ce que nous étions... Oui, c’était une agréable pensée. Pourtant, il fallait encore que la chatte gris-bleu soit en accord avec moi pour que nous fassions cela. Et, elle ne m’avait pas encore fait part de sa réponse, aussi je supposais – j’espérais, surtout – qu’elle avait trouvé un lieu moins bizarre, moins sombre pour nos machinations.





Codes par Wild Hunger.


Dernière édition par Nuage d'Ebène le Sam 22 Mar - 18:47, édité 3 fois

_________________
Encrier - Boule d'Ébène - Nuage d'Ébène - Pierre d'Ébène




je fais bien parti du Clan de l'Ombre Wink:


Bannière #2:
avatar
Nuage d'Ebène
Il ne faut pas se fier aux apparences.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Before I loved you in silence, but now I really love you ~ [Pv Nuage de Rive](TERMINÉ !)

Message par Nuage de Rive le Jeu 20 Mar - 2:08



On vit dans un monde où on se cache pour aimer...

With Nuage d'Ebène



Je repensai à ce que j'avais dit. Serais-je prête à renoncer à une règle, pourtant simple et interdite, du Code du guerrier ? Pour certain, c'étais la règle la plus banale du code et la plus simple à respecter, vue que cette situation n'arrivait, habituellement, jamais. Si nous nous faisions prendre, est-ce que notre baptème de guerrier serait retardé ? Mon mentor serait déçu de moi si il apprenait une tel chose. Surtout venant de moi qui était sage, posée et déterminée à devenir une grande guerrière. Mais que pouvions-nous faire de mieux ? Je ne voudrais pas être séparée de Nuage d'Ébène jusqu'à ce que je sois apte à pouvoir l'aimer.

J'attendai donc sa réponse avec impatience. Accepterait-t'il ma proposition, qui pouvait lui priver de son nouveau grade de guerrier ? À tout de même y penser, on c'était rendu trop loin pour reculer. S'il n'acceptait pas, je ne saurais plus quoi faire. Il finit par répondre, d'une voix joyeuse:

« Oui, je suis d’accord avec toi. Et si nous nous voyions au Cimetière des Arbres ? Personne n’y vient jamais, et la nuit, cela serait encore mieux. »

Je frissonai à l'idée de devoir combattre les ombres qui me fichait la frousse pour voir mon compagnon. Mais, avions-nous un autre endroit où allez, qui ne pourrait révéler de soupçons ? Non.

« Je suis d'accord. Nous nous verrons donc au cimetière des arbres. Répondis-je en ronronnant. Pour l'instant, j'ai absolument besoin de... »

Je m'écroulai au sol. Je n'étais plus capable de supporter une tel douleur. Des gouttelettes de sang perlaient le sol où j'avais posée les pattes. À force de marcher, mais blessure c'étaient ouvertes et me faisaient pousser des faibles gémissements pendant tout le trajet. Je serrai les dents pour ne pas hurler de douleur. Peut-être me diriez que j'exagèrais, mais la douleur me pétrifiait sur place.

Je fermai tranquillement les yeux, essayant de me concentrer sur autre chose que sur mes blessures. Je m'imaginais avec Nuage d'Ébène, museau contre museau, profitant du fait d'être enfin réunie. Cette stratégie marcha quelques intants jusqu'à ce que j'entendis la voix de mon compagnon qui me fit revenir à la réalitée. Je ré ouvrit les yeux et je fus sans voix quand je vis Nuage d'Ébène qui... Et je lâcha un dernier souffle pour ttomber dans l'inconscience.

(Tu peux écrire la fin ! Et je laisse une chance à Nuage d'Ébène de faire quelque chose de mignon !)







Revenir en haut Aller en bas

Re: Before I loved you in silence, but now I really love you ~ [Pv Nuage de Rive](TERMINÉ !)

Message par Nuage d'Ebène le Sam 22 Mar - 18:47

With Nuage de Rive
I kept my promise, I'm not dead. So please, don't abandon me...




L'idée même de ma proposition était dangereuse, je le savais. Pourtant, sur le moment, je n’avais vu que ça. La nuit, il y avait des patrouilles dans les marécages, des expéditions de chasse dans le charnier et des veilleurs dans le camp. Le Cimetière des Arbres était vraiment le meilleur endroit où se cacher. Nuage de Rive partageait mon avis puisqu’elle me répondit, non sans ronronner :

« Je suis d'accord. Nous nous verrons donc au Cimetière des Arbres. Pour l'instant, j'ai absolument besoin de... »

Elle n’eut pas le temps d’en dire plus. Je la vis s’écrouler au sol, même si elle était encore consciente. Elle se releva ensuite. Nous continuâmes le voyage, même si elle vacillait à chaque pas. Elle fermait les yeux. Je lui demandai :

« Tu es sûre que ça va aller ? »

Lorsqu'elle s'écroula à nouveau, j’entrepris de lui lécher ses blessures où les gouttes de sang perlaient à flot. Sans toiles d’araignées et sans l’aide d’un guérisseur, je n’étais même pas sûr qu’elle s‘en sorte. Je n’étais pas sûr non plus que j’arrive à atteindre le camp avant son décès. Je lui touchai donc affectueusement le museau, et tout l’amour que j’éprouvais pour elle était contenu dans ce simple geste. Au même moment, cette magnifique chatte gris-bleu ferma les yeux, inconsciente.

À ce même instant, je songeai que je ne pouvais pas abandonner. Que je devais me battre jusqu’au bout.
Car si la volonté n’était pas là, que serions-nous ? Comme vivrions-nous ? À chaque maladie d’un de nos compatriotes, nous ne le soignerions pas ? Nous laisserions le droit de vie ou de mort au Clan des Étoiles, sans tenter de faire quelque chose ? Jamais. Jamais je ne laisserai le Clan des Étoiles prendre Nuage de Rive dans ses rangs. Je l’arracherai à ce Clan. Je tirerai son esprit, je le tirerai parmi nous, je l’arracherai aux pattes du Clan des Étoiles.

C’est cette volonté qui me poussa à prendre le corps inconscient de l’élue de mon cœur par la peau du coup, même si elle était à peine moins lourde que moi.
Je courus le plus vite que je pus, malgré mes pattes fatiguées peinant à seulement soutenir mon corps. Je courus à perdre haleine, évitant les trous d’eau du marécage. Après une dizaine de minutes de course ininterrompue, Nuage de Rive ne s’était toujours pas réveillée. J’aperçus enfin le camp, et je courus plus vite encore jusqu’à l’entrée, que je traversai rapidement.

Directement, je me dirigeai vers la tanière du guérisseur. Je passai l’entrée et déposai le corps de ma chère Nuage de Rive devant le guérisseur. Je recommençai à lécher ses plaies. L’apprenti du guérisseur lui ramena des tonnes et des tonnes de toiles d’araignée, des grandes, des petites, des larges, des fines. Le guérisseur de Clan déposa chacun de ces bandages sur les blessures de la jeune chatte. Quant à moi, il me conseilla d’aller me reposer, mais je n’en fis rien. Je voulais rester au chevet de mon aimée jusqu’à ce qu’elle soit sur pattes. Je me serrai affectueusement contre elle.

Pourtant, je n’étais pas sûr de pouvoir faire cela jusqu’à sa guérison absolue. Le guérisseur avait raison. Je devais reprendre des forces. Mais pourtant, je ne pouvais me résoudre à abandonner Nuage de Rive.

Serré contre elle, je fermai doucement les yeux. Je les rouvris ensuite. Non, pas si tôt, pas si vite, le Clan des Étoiles peut encore la prendre dans ses rangs, songeai-je. Je tentai de rester encore éveillé quelques instants, puis, la voyant rouvrir les yeux, je fermai les miens, et tombai dans un sommeil absolu.

Quelques minutes après, je me réveillai. Mes pas chancelants me dirigèrent vers la tanière. Malgré la faim qui tenaillait mon ventre, je n'avais qu'une envie : dormir. Je levai les yeux vers la voûte de plantes qui recouvrait les litières. Je vis une cassure au dessus de Nuage de Rive mais, étant trop fatigué pour réfléchir, je m'allongeai sur ma litière. Je m'endormis aussitôt.

Codes par Wild Hunger.

_________________
Encrier - Boule d'Ébène - Nuage d'Ébène - Pierre d'Ébène




je fais bien parti du Clan de l'Ombre Wink:


Bannière #2:
avatar
Nuage d'Ebène
Il ne faut pas se fier aux apparences.


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Before I loved you in silence, but now I really love you ~ [Pv Nuage de Rive](TERMINÉ !)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum